France 5 diffusera le lundi 18 mai à 20h35, la première partie d'un documentaire en 2 parties, intitulé "Histoire de la diplomatie française - Naissance de la diplomatie". Le second épisode " Histoire de la Diplomatie Française : de la puissance à l'influence" sera diffusé lundi 25 mai à 20h35.

Cette série documentaire inédite en 2 épisodes de 52' a été écrite par Jean Musitelli et Marie-Elise Beyne, réalisée par Marie-Elise Beyne et coproduite par JEM Productions et de la SFP, avec la participation de France 5, TV5 Monde, la chaîne Histoire, du CNC et du Ministère des Affaires étrangères et européennes.

La perspective adoptée est large puisque ce sont près de 5 siècles qui sont couverts, même si l'accent est placé sur la période la plus contemporaine. Ainsi que le déclare Jean Musitelli, "un patient travail de recherches a aussi été mené à l'Ina pour sélectionner des documents, sinon originaux du moins rarement montrés, à l'instar des images de ces « gueules cassées » conviées à assister à la Conférence de la paix en 1919. Concernant nos intervenants, nous avons aussi essayé de constituer un panel diversifié composé de diplomates professionnels, d'anciens ambassadeurs, d'historiens spécialisés et d'anciens ministres pour apporter points de vue et approches variés".

Jean Musitelli est diplômé de l’ENA et de Normale Sup. Ancien professeur de lycée à Montpellier, à Saint-Cyr l'École, puis à Rouen (1970-1976), Jean Musitelli a été affecté à sa sortie de l'ENA (1979, promotion, Michel de l'Hospital) à la direction Europe du ministère des Affaires étrangères (1979- 1981 ).

Premier secrétaire à l' ambassade de France à Rome de 1981 à 1984, il est ensuite appelé par François Mitterrand à l'Élysée. Le chef de l'État en fait son chargé de mission pour les affaires internationales. Jean Musitelli prend du grade en 1987. Il devient conseiller diplomatique. En 1989, il rejoint le Conseil d'État en qualité de maître des requêtes, puis est détaché auprès du ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères, Roland Dumas, en tant que conseiller. Il cumule cette fonction avec celle de vice-président de l'Institut du Monde Arabe (1990- 1993) et de porte-parole de la présidence de la République (1991-1995). Jean Musitelli retrouve les cabinets ministériels en 1997. Il est chargé de mission auprès du ministre des Affaires étrangères, Hubert Védrine ( 1997 -1998) tout en oeuvrant en qualité d' ambassadeur, délégué permanent de la France auprès de l'Organisation des Nations-Unies pour l'éducation, la science et la culture (1997- 2002).

Jean Musitelli est président de l'Autorité de régulation des mesures techniques (ARMT). Egalement, Président de l'Institut national du patrimoine depuis 2001, Jean Musitelli est aussi président de la commission spécialisée de terminologie et de néologie du ministère de l'Équipement et des Transports depuis mai 2005.

Jean Musitelli est Secrétaire général du conseil d'administration de l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) et administrateur de l'Institut François Mitterrand.  Il a été affecté à sa sortie de l'ENA (1979, promotion, Michel de l'Hospital) à la direction Europe du ministère des Affaires étrangères (1979- 1981 ).

Premier secrétaire à l' ambassade de France à Rome de 1981 à 1984, il est ensuite appelé par François Mitterrand à l'Élysée. Le chef de l'État en fait son chargé de mission pour les affaires internationales. En 1987, il devient conseiller diplomatique. En 1989, il rejoint le Conseil d'État en qualité de maître des requêtes, puis est détaché auprès du ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères, Roland Dumas, en tant que conseiller. Il cumule cette fonction avec celle de porte-parole de la présidence de la République (1991-1995). Jean Musitelli retrouve les cabinets ministériels en 1997. Il est chargé de mission auprès du ministre des Affaires étrangères, Hubert Védrine ( 1997 -1998) tout en oeuvrant en qualité d' ambassadeur, délégué permanent de la France auprès de l'Organisation des Nations-Unies pour l'éducation, la science et la culture (1997- 2002).

Jean Musitelli distingue 3 grandes périodes dans l'histoire de la diplomatie française :

"La première s'étend du règne de François Ier à la révolution de 1789. Elle voit notre diplomatie, la première à s'être dotée d'outils professionnels, mise au service d'une course à la prédominance. Il s'agit de rivaliser avec les autres grandes puissances européennes que sont alors l'Angleterre, l'Autriche-Hongrie puis la Prusse. Ce premier temps est marqué par une interaction permanente entre le diplomatique et le militaire.

La deuxième couvre une partie du XIXe siècle jusqu'à 1914. La France, qui ne peut plus s'imposer comme première puissance mondiale, a besoin de stabilité pour accompagner l'essor de la nouvelle société bourgeoise. Sa diplomatie va donc contribuer à assurer, par la négociation, le maintien d'un équilibre de paix propice au commerce.

La dernière période, qui démarre avec la fin de la Première Guerre mondiale, est placée sous le sceau de la mondialisation : le terrain de la diplomatie est devenu celui de la planète tout entière. La France va dès lors s'attacher à monter des systèmes d'alliances durables avec ses voisins pour démultiplier son influence sur la scène internationale". (source : France 5)

Pour en savoir plus,  page wiki de France 5.