La célébration du 40e anniversaire de la mort du Général de Gaulle suscite une avalanche de documentaires diffusés tout au long du mois de novembre à la télévision.


Le 2 novembre sur France 2

20H40 : "Je vous ai compris - De Gaulle 1958-1962" (94')

Docu-fiction, réalisé par Serge Moati. Scénario de Hugues Nancy, Christophe Barbier et Serge Moati.
Produit par Image et Compagnie, avec la participation de France Télévisions.  Avec : Patrick Chesnais (De Gaulle), Hubert Saint Macary (Robert Debré), Mathias Mlekuz (Olivier Guichard), Pierre-Alain Chapuis (Georges Pompidou), Jacques Brunet (René Coty), Jean-Philippe Puymartin (Général Salan) et Catherine Arditi (Yvonne De Gaulle).

Un homme seul, de 68 ans, va profondément bouleverser le destin de son pays.
Porté au pouvoir par les défenseurs de l’Algérie française à qui, il adresse le fameux "Je vous ai compris", il est l’homme qui donnera son indépendance à l’Algérie. Au point que ses alliés d’hier voudront l’assassiner, considérant qu’il les avait trahis. C’est dans le drame et le sang qu’il réussit à imposer une constitution et un exercice solitaire du pouvoir qui marquera la France contemporaine.

En seconde partie de soirée :  "De Gaulle et l’Algérie, le prix du pouvoir" (49')
Documentaire réalisé par Hugues Nancy. Scénario de Hugues Nancy. Produit par Image et Compagnie, avec la participation de France Télévisions.

 

Quelles ont été les conditions du retour au pouvoir du général de Gaulle ? Comment interpréter le « Je vous ai compris » du 4 juin 1958 ? De Gaulle savait-il déjà qu’il devrait abandonner l’Algérie, alors qu’il a été replacé au pouvoir par ceux qui voulaient garder l’Algérie Française ? Pourquoi a-t-il abandonné les Français d’Algérie et les Harkis au moment de l’indépendance de l’Algérie ? De l’invention par de Gaulle d’une méthode pour revenir au pouvoir quand on n’a aucune chance de gagner les élections, à son impuissance à imposer sa solution en Algérie, ce film approfondit les questions soulevées par le docu-fiction de Serge Moati.


Soirée Spéciale De Gaulle le luundi 8 novembre à 20H35 sur France 3.

Avec un documentaire inédit "De Gaulle : la dernière bataille" (réalisé par René-Jean Bouyer)

Le 9 novembre 1970, à 19h15, le général de Gaulle meurt subitement dans sa maison de La Boisserie à Colombey-les-Deux-Eglises. Depuis dix-huit mois, le Général vivait entouré de mystère. Au lendemain de son échec au référendum de 1969, il s'était enfermé dans le silence et la solitude.Quarante ans après, Patrick Poivre d'Arvor et René-Jean Bouyer ont cherché à savoir ce qui s'est passé durant ces dix-huit mois, du jour de sa démission au soir de sa disparition. Dans un film tourné entièrement à la Boisserie écrit et réalisé par René-Jean Bouyer, Patrick Poivre d'Arvor - tout à la fois narrateur et interviewer - nous met en présence des témoins qui ont accompagné le Général dans cette "dernière bataille" de sa vie : au coeur de sa demeure de Colombey.



Le 9 novembre 2010 à 20h35 sur France 5 dans le cadre de la nouvelle émission "C'est notre histoire" (présentée par Marie Drucker et Fabrice d'Almeida).

"De Gaulle Président (1958-1969)
"

De Gaulle, par son oeuvre et sa pratique du pouvoir a marqué l’existence et la mémoire de millions de Français
. Il a conduit des réformes qui ont bouleversé notre société, notre démocratie. Il a exercé le pouvoir d’une façon très personnelle, en étant à la fois proche du peuple et méfiant à l’égard des partis et des institutions.

Certains ont vu en lui un autocrate conservateur, d’autres, un révolutionnaire. Il a achevé la décolonisation, changé l’image de la France. Il a inventé la communication politique avec ses conférences de presse mais il a aussi maintenu un contrôle de l’information. Et puis, d’année en année, il a perdu le fil de son dialogue avec les Français, jusqu’au divorce de mai 68.

La formule de cette émission visant à susciter le témoignage des Français anonymes, vous pouvez voir ou revoir les vidéos recueillies sur le site de France 5.


Mercredi 10 novembre sur Arte (21H35)

"Charles de Gaulle - Le Devoir de Combattre" (Allemagne, 2001, 43mn). Un portrait de De Gaulle vu par les Allemands : un résistant intransigeant et entêté.

 Figure légendaire en France, même pour ses adversaires politiques, Charles de Gaulle a eu à l'étranger, tout au long de sa carrière de militaire, de résistant et de chef d'État, la réputation d'un partenaire difficile, entêté et peu enclin aux compromis.

Ce portrait (réalisé en 2001 par Holger Hillesheim) insiste sur l'obstination du général qui s'oppose à Pétain et refuse la capitulation de la France face à l'Allemagne nazie. Ne doutant jamais de la grandeur de son pays et de sa propre légitimité à le défendre, il harcèle les Britanniques et les Américains entrés en guerre pour que la France soit associée à une victoire dont il est convaincu. Et c'est avec la même force de persuasion que, la guerre finie, il donne corps à un autre grand projet visionnaire : la réconciliation et l'alliance entre les ennemis héréditaires, comme base d'une Europe qu'il aura ainsi contribué à transformer radicalement.



Le mercredi 17 novembre 2010 sur Arte à 22h10 :

Mystères d'archives : 1967, De Gaulle au Québec

Le 9 novembre 1970, à 19h15, le général de Gaulle meurt subitement dans sa maison de La Boisserie à Colombey-les-Deux-Eglises. Depuis dix-huit mois, le Général vivait entouré de mystère. Au lendemain de son échec au référendum de 1969, il s'était enfermé dans le silence et la solitude. Quarante ans après, Patrick Poivre d'Arvor et René-Jean Bouyer ont cherché à savoir ce qui s'est passé durant ces dix-huit mois, du jour de sa démission au soir de sa disparition. Le film évoque, à travers des images d'archives, les chapitres de cet ouvrage sur la naissance de la Ve République, les soubresauts de la guerre d'Algérie, ses voyages officiels.