En octobre, Arte consacrera 3 mercredis soir à la diffusion d'une série documentaire en 6 épisodes de 52, réalisée par Bernard George. Le conseiller historique est Olivier Wieviorka enseignant à l'ENS de Cachan et spécialiste de la Résistance. Cette série a été coproduite par Cinétévé, Arte , l'ECPAD, Toute l'Histoire et la SNCF, en partenariat avec le ministère de la défense et des anciens combattants (SGA/DMPA).

 Tournée dans 14 pays d’Europe, cette série traite pour la première fois de l’histoire de la Résistance dans sa dimension européenne. Eclairés par le témoignage exceptionnel des derniers acteurs de l’époque, illustrés d’archives privées inédites et de minutieuses reconstitutions, ces films offrent un nouveau regard sur cette époque.

 

1. Les difficiles débuts de la Résistance (1939-1941)

De la Pologne à la Grèce, les nazis imposent un nouvel ordre politique qui règne bientôt sans partage sur tout le continent. Pourtant, aux quatre coins de l’Europe, des résistants se lèvent spontanément, pour des actions diverses, sans obéir à des mots d’ordre impulsés de l’extérieur…

 

2. La Résistance s'organise (1941-1942)

Quand le IIIe Reich envahit l’Union Soviétique, les communistes européens basculent dans la Résistance. Afin de poursuivre le combat sur le plan militaire, des organisations se constituent et cherchent le contact avec les Alliés. Parallèlement, d’autres formes de lutte se mettent en place comme la presse clandestine…

3. La Résistance face au génocide (1942-1943)

L’Allemagne accélère le processus d'extermination des Juifs d’Europe. La « solution finale » est amorcée. Face à ce phénomène, la
Résistance s’implique avec des réussites notoires ou des échecs cuisants. Dans le même temps, des Juifs refusent le sort qui leur
est fait, organisent leur survie et parfois prennent directement les armes…

4. La Résistance se radicalise (1943)

Après El-Alamein et Stalingrad, la défaite du IIIe Reich accède à l’ordre du possible. La résistance devient alors un moyen de préparer
la Libération à travers le combat des maquis et les sabotages. Par ailleurs, le service du travail obligatoire imposé par l’Allemagne,
dans la plupart des pays soumis à son joug, fait basculer une partie hésitante de la population qui désormais s’engage.

5. La Résistance dans la tourmente (1943-1944)

L’Allemagne intensifie la répression des résistants désormais considérés comme une menace. L’amélioration des techniques
policières d’infiltration conduit à des massacres systématiques ainsi qu’à la déportation massive des prisonniers
politiques. Mais la perspective d’un débarquement active tous les réseaux aussi bien dans la lutte armée que le renseignement…

6. Illusions et désillusions de la Résistance (1944-1945)

Durant les derniers mois avant la Libération, les attentes de la Résistance sont énormes. Mais entre conflits internes et
unification, la Résistance oscille. Une majorité espère que la Libération provoquera une nouvelle donne politique et
sociale. Une partie redoute le poids des communistes, mais les grands alliés, par leurs décisions, ont déjà réglé le sort de
bien des pays…

source : dossier de presse d'Arte Pro

Les médias en parlent :

Bernard George et Olivier Wierviorka seront les invités de l'émission "Downtown" sur France inter [émission réécoutable en ligne].

Bernard George est l'invité de Bruce Toussaint sur Europe 1 (vidéo en ligne). L'un des témoins de la série, Robert Maloubier, était également l'invité d'Europe 1.

 


Les combattants de l’ombre par Europe1fr

Arte propose un site dédié qui permet de découvrir les récits de 67 patriotes et anciens résistants venus de 17 pays d'Europe.

Vous pouvez prolonger cette série grâce à un coffret de 3 DVD, un livre et une exposition itinérante.